La vidéoprotection des espaces publics

La vidéoprotection des espaces publics

En France et un peu partout dans le monde, les attentats terroristes survenus dans les villes occidentales ces dernières années ont stimulé un renforcement des politiques de vidéoprotection des espaces publics. Se sentir en sécurité ou sécuriser nos biens, peu importe l’endroit où on se trouve, est devenue une nécessité. Nous vous proposons dans cet article un petit tour d’horizon des dispositifs de vidéoprotection urbain.

À quoi sert la vidéoprotection dans les espaces publics ?

La France a connu ces dernières années un développement exponentiel des dispositifs de vidéoprotection des espaces publics. Favorisée par les avancées technologiques du moment, l’exploitation de ces outils de surveillance a grandement contribué à la sécurisation desdits espaces. Et ceci à travers une surveillance accrue et intimidante des divorcés sociaux, lorsqu’ils commettent des agressions en plein jour ou par l’élucidation rapide du forfait.

Ainsi, la vidéoprotection apparaît comme un moyen préventif d’actes répréhensifs qui vient renforcer aussi bien la capacité des forces de l’ordre que des autres services de sécurité publique. Le principe de fonctionnement est basé sur un système de caméras qui transmettent à distance des images enregistrées dans un but de contrôle du respect des principes de sécurité ou de sûreté en public. L’objectif étant alors d’aider dans la lutte contre la criminalité sous toute ses formes.

Principe et réglementation

Tout d’abord, l’usage d’un dispositif de vidéoprotection ou surveillance n’est pas exclusif au gestionnaire urbain ni aux professionnels de la sécurité. Tout particulier peut bénéficier de ces mêmes services dans le cadre de son activité ou s’adresser à un professionnel en ce qui la sécurisation de son domicile. L’installation du dispositif dans un lieu public est régie par des textes juridiques garantissant le respect du droit d’information, d’accès et de recours aux particuliers.

L’usage d’une pancarte renseignant de la présence de caméras vidéo dans l’établissement est le réflexe à avoir pour ce conformé à la loi. Il n’est également pas possible de faire l’installation sans une autorisation préfectorale préalable obtenue après consultation de la commission départementale. Cet arrêté préfectoral définit donc la durée d’exercice du dispositif qui est généralement de 5 ans. Tout demandeur devra alors composer un dossier comportant une fiche de description technique de l’installation et le formulaire CERFA bien renseigné.

Apport de la vidéo protection à la gestion urbaine

La vidéosurveillance est donc un outil au service de la sécurité et de la protection des civiles. En milieu urbain, elle est très utile et pratique dans le cadre de la gestion des espaces publics. Raison pour laquelle les autorités municipales sont très impliquées dans leur installation au regard de l’ordre et de la sécurité que cela va instaurer dans la commune. Elle a donc pour devoir de renforcer chez le citoyen le sentiment de sécurité et cherche avant tout à rassurer et à mobiliser la population urbaine sur ce plan.

Cependant, la réalisation d’un maillage du territoire avec caméras de surveillances pour le contrôle des agissements de tout citoyen sur l’espace public devrait être orientée autrement. Ou tout du moins, une révision de la logique de cette initiative, car pour les pays qui l’ont expérimenté déjà, cela n’a pas eu une si grande incidence sur le taux de criminalité de ville.